Le portail suisse pour les sciences historiques

Compte rendu: Bibliothèques et musées en Suisse. Histoires croisées (18e-19e siècles)

Auteur du compte rendu: 
Amandine Cabrio
Bibliothèque de La Chaux-de-Fonds
Zitierweise: Cabrio, Amandine: Compte rendu: Bibliothèques et musées en Suisse. Histoires croisées (18e-19e siècles), infoclio.ch Tagungsberichte, 2018. Online: <https://doi.org/10.13098/infoclio.ch-tb-0163>, Stand:


Version PDF du compte rendu

Organisé par la toute jeune Association Histoire, Bibliothèques et Musées (AHBM, Neuchâtel), le colloque international Bibliothèques et musées en Suisse s’est déroulé à la fin du mois de mai 2018 dans le cadre des événements programmés pour fêter la réouverture du Musée historique de Lausanne. Les intervenant·e·s et le public ont ainsi pu apprécier les espaces entièrement renouvelés du musée vaudois, ainsi que sa nouvelle exposition permanente.1
Le colloque avait pour but de questionner les liens qui se tissent entre bibliothèques et musées à travers le temps et, plus précisément, le processus de leur séparation et de leur autonomisation qui démarre dès la fin du 18e siècle.
En effet, la présence d'objets, voire de véritables cabinets de curiosités, dans l’enceinte des bibliothèques, caractérise bon nombre de ces institutions sous l’Ancien Régime ; depuis le 17e siècle, l’interaction entre livres et objets est notamment thématisée comme un enjeu important autour de l’organisation des bibliothèques. À la suite de la Révolution française, ces objets se voient progressivement sortis des bibliothèques et soutiennent la création de nombreuses institutions muséales. Les causes de cette autonomisation sont multiples. Il s’agit tout d’abord d’un manque de place, mais des raisons d'ordre politique, scientifique ou épistémologique interviennent également. Le développement du panorama muséal suisse au 19e siècle illustre de manière féconde ce phénomène, jusqu’à présent pas étudié. Ainsi, dans le but de proposer une réflexion interdisciplinaire, le colloque a réuni des chercheur·se·s et des professionnel·le·s du monde de la conservation. La publication des actes est prévue en 2019.

En guise d’introduction, ROSSELLA BALDI (Université de Neuchâtel), présidente de l'AHBM, a rappelé les enjeux du colloque évoqués plus haut. Elle a notamment souligné que ce processus de séparation entre bibliothèques et musées reflète l’autonomisation des champs du savoir à laquelle on assiste durant le 19e siècle. Surtout, elle a consacré son exposé à l’histoire du Musée d’Yverdon et région, cas emblématique du questionnement au cœur du colloque. Le Musée d’Yverdon et région naît, en effet, au 19e siècle de la séparation entre les collections livresques et celles d’objets de la bibliothèque publique locale. Celle-ci avait été à son tour été fondée en 1763 par la Société économique d’Yverdon.

La première intervention de la session intitulée Livres et objets en dialogue, essentiellement focalisée sur le 18e siècle, s'est faite en duo : CECILA HURLEY (Université de Neuchâtel/École du Louvre) et CHANTAL LANFONTANT VALLOTTON (Musée d'art et d'histoire de Neuchâtel) ont étudié le cas de la Bibliothèque des Pasteurs de Neuchâtel d’abord et celui du Musée historique de Neuchâtel ensuite. L’exposé a soulevé avec pertinence l’importance de la nomenclature désignant les collections d’objets de la bibliothèque, nomenclature tributaire d’un changement de paradigme qui survient autour de 1838 : on passe de « cabinet » à « musée », puis à « Musée de Neuchâtel » autour de 1860.
ADELHEID MÜLLER (Freie Universität Berlin) a ensuite examiné le cas de la bibliothèque de Wörlitz. Cette collection réunit des antiquités, originales et reproduites, ainsi que les livres du couple princier. La collection de Wörlitz représente donc un véritable dialogue entre livres, meubles et objets, dialogue contribuant à la mise en scène performative du savoir princier.
CLAIRE BRIZON (Université de Berne) s’est, quant à elle, attachée à montrer les origines des collections de l’ancienne Académie de Lausanne, constituées dès la seconde moitié du 18e siècle. Elles se composent de nombreux naturalia, provenant d’un réseau de collectionneurs et de voyageurs. Ces objets viennent compléter et illustrer le savoir livresque, puisque des dispositifs spécifiques permettent une monstration en salle de classe ; les collections sont ac-cessibles à des fins d’étude.
Pour conclure la journée, l’exposé de NIKOLAUS BERNAU (Berlin) s’est penché sur les enjeux des concours d’architecture lancés pour la réalisation de musées en Suisse au 19e siècle. Dans la seconde moitié du siècle, ces concours se multiplient et montrent les influences stylistiques ainsi que les contraintes économiques et politiques auxquelles ont été soumises la création de bâtiments muséaux.

La conférence publique de MICHEL MELOT (ancien directeur de l'Inventaire général du patrimoine culturel français) est venue terminer la première journée. Intitulée Les bibliothèques à l’ère du numérique, elle a énuméré les principaux enjeux liés à la numérisation des documents, numérisation massive qui ne semble pas avoir pour autant réduit l’attrait des bibliothèques à travers le monde.

La seconde journée du colloque s’est ouverte avec une session intitulée Objets de bibliothèque, une vocation pédagogique. SUSANNE BIERI (Bibliothèque nationale suisse) a rappelé le cas de la collection iconographique de la Bibliothèque nationale suisse. La constitution du Cabinet des estampes est redevable d’une préoccupation encyclopédique : elle a été motivée par la volonté de fournir des renseignements visuels sur le pays, son histoire et ses habitants en complément du savoir contenu dans les livres.
CLAUDE LORENTZ (Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg) a reconstitué l’histoire de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg qui naît, comme la Bibliothèque nationale suisse, d'une double ambition intellectuelle et identitaire. Elle est créé suite à l'annexion de l’Alsace par l’Allemagne et à la destruction de la bibliothèque du Temple Neuf (1870). Ainsi, ses collections sont tout d’abord au service de la construction d’une identité allemande en Alsace ; la bibliothèque fonctionne comme une vitrine de la science allemande, réunissant livres et artefacts.
Les deux interventions ont permis de mettre en évidence que la relation entre bibliothèques et musées ne se forme pas de manière exclusive à travers un processus de séparation. Les collections graphiques de la BN et les artéfacts de la Bibliothèque de Strasbourg constituent de véritables musées conservés encore aujourd’hui au sein de bibliothèques.

La seconde partie de la matinée était dédiée aux collections des musées d’art industriel et à leurs bibliothèques, exemplifiant la portée pédagogique des objets de bibliothèques au 19e siècle. ISALINE DELÉDERRAY-OGUEY (Université de Neuchâtel) a élaboré une étude comparative des musées industriels de Genève, La Chaux-de-Fonds et Fribourg. Si les modalités de création des collections sont différentes entre les trois institutions, qui ne sont que trois exemples sur toute la Suisse, leurs objectifs restent similaires : améliorer et soutenir l’industrie et fournir des modèles aux artisans.
AMANDINE CABRIO (Bibliothèque de La Chaux-de-Fonds) a enrichi cette perspective, en revenant sur les collections des premières écoles d'horlogerie neuchâteloises. Leur création a servi un double propos : soutenir l'enseignement et l'industrie, mais également façonner une histoire de la fabrication des montres.

La dernière section du colloque, Livres et objets à l'aube de la spécialisation muséale, s’est concentrée sur trois exemples de scission.
VINCENT FONTANA (Université de Genève, Musée cantonal d'archéologie et d'histoire de Lausanne) est revenu sur la collection d’antiques, provenant principalement du sol vaudois, de l’ancienne Académie de Lausanne. La constitution de cette collection d'antiques a constitué pour la bibliothèque du musée cantonal vaudois l'occasion de compléter le savoir livresque en s'appuyant sur les objets pour les classer et les déterminer. Son intervention a constitué un intéressant complément à celle de Claire Brizon puisqu’ils se sont tous deux intéressés à des aspects différents des collections de l’ancienne Académie de Lausanne.
Pour leur part, DANIELLE BUYSSENS (Genève) et VINCENT CHENAL (Université de Genève) sont revenus séparément sur l’histoire des collections de la Bibliothèque de Genève. Celle-ci a réuni depuis 1702 environ divers objets, dont un ensemble d’exotica. Danielle Buyssens a révélé les changements de regard portés sur cette collection ethnographique. Vincent Chenal s’est en revanche arrêté sur la constitution de la collection de portraits. Fondée sur la tradition du studiolo, celle-ci a contribué à développer un discours identitaire autour des figures de la Réforme par le biais des portraits de réformateurs calvinistes et suisses, ainsi que de théoriciens. Dès lors, les deux interventions ont souligné l’importance de la dimension représentative des collections de la Bibliothèque de Genève, à travers lesquelles l’élite sociale genevoise se met en scène.
La dernière intervention s’est penchée sur les collections de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat. LAURENT NAAS (Bibliothèque Humaniste de Sélestat) a montré la longue relation entretenue par la Bibliothèque Humaniste avec des objets. Dès 1840, ceux-ci sont exposés dans des vitrines au milieu des livres. La double présence de livres et objets s’inscrit donc dans un discours assumé. Cette tradition s’est perpétuée à travers le temps : actuellement, la bibliothèque mène une campagne d’inventaire et de mise en valeur de ses collections d’objets.

Signalons, en conclusion, la qualité des interventions et leurs apports variés à la thématique. Il nous reste à espérer qu’un second volet sera organisé à l’avenir, incluant des éclairages sur le cas de bibliothèques et musées de villes comme Fribourg, Zurich ou Bâle. Néanmoins, le colloque a représenté un premier jalon dans la construction d’un nouveau champ de recherche, qui mérite d’être exploré et développé.




Note
1 L'auteur du rapport est également l'une des conférencières de cette journée d'étude




Programme du colloque

Mot de bienvenue : Laurent Golay, Directeur du Musée historique de Lausanne
Introduction : Rossella Baldi, Université de Neuchâtel
Visite guidée du Musée historique de Lausanne : Claude-Alain Künzi, Conservateur du Musée historique de Lausanne; Laurent Golay, Directeur du Musée historique de Lausanne

Livres et objets en dialogue

Cecilia Hurley (Université de Neuchâtel / École du Louvre) et Chantal Lafontant Vallotton (Codirectrice du Musée d'art et d'histoire de Neuchâtel)
Des livres et des objets : entre la Bibliothèque des Pasteurs et le Musée historique.

Adelheid Müller (Freie Universität Berlin)
Performative Inszenierung im Wissenskosmos. Die Bibliothek des Fürsten Franz von Anhalt-Dessau im Wörlitz

Claire Brizon (Université de Berne)
Artefacts et Académies: les origines multiples des collections cantonales vaudoises

Nikolaus Bernau (Berlin)
Suche nach der Architektur der Bildung

Conférence publique

Michel Melot (ancien directeur de l'Inventaire général du patrimoine culturel français)
Les bibliothèques à l'ère du numérique

Objets de bibliothèque, une vocation pédagogique

Susanne Bieri (Bibliothèque nationale suisse, Berne)
Bild und Bibliothek – Genese und geschichtlicher Wandel der Graphischen Sammlung der Schweizerischen Nationalbibliothek

Claude Lorentz (Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg)
Des collections au service d'une grande ambition politique et scientifique: genèse et rôle des collections muséales de la Kaiserliche Universitäts- und Landesbibliothek zu Strassburg (1871-1918)

Isaline Délederray-Oguey (Université de Neuchâtel)
Les bibliothèques des musées industriels et d'art industriel en Suisse

Amandine Cabrio (Bibliothèque de La Chaux-de-Fonds)
Objets pédagogiques et patrimoniaux. Le statut des collections des Écoles d'horlogerie de La Chaux-de-Fonds et du Locle (1850-1939)

Livres et objets à l'aube de la spécialisation muséale

Vincent Fontana (Université de Genève, Musée cantonal d'archéologie et d'histoire de Lausanne)
Déterminer et décrire divers objets d'antiquités: collections et bibliothèques du Musée canto-nal vaudois (1818-1840)

Danielle Buyssens (Genève)
D'une institution à l'autre, quel (changement de ) regard sur les objets venus des lointains ?

Vincent Chenal (Université de Genève)
Les collections de portraits de la Bibliothèque publique de Genève, un enjeu de l'histoire de la Cité

Laurent Naas (Bibliothèque Humaniste de Sélestat)
De la bibliothèque au musée: l'exemple de la muséification des collections précieuses de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat

Evénement: 
Bibliothèques et musées en Suisse. Histoires croisées (18e-19e siècles)
Organisé par: 
Association Histoire, Bibliothèques et Musées (AHBM, Neuchâtel)
Date de l'événement: 
24.05.2018 - 25.05.2018
Langue: 
f
Report type: 
Conference
Fichier attaché: