Le portail suisse pour les sciences historiques

Jeunes, jeunesses et sport de l’Antiquité à nos jours

12. Septembre 2019 - 10:30 - 14. Septembre 2019 - 11:30 Add to calendar
Conférence

La 23e édition du Congrès annuel du Comité européen d’histoire du sport se tient à l’UNIL du jeudi 12 septembre au samedi 14 septembre 2019. La thématique ? « Jeunes, jeunesses et sport de l’Antiquité à nos jours. »

Un sujet encore peu étudié
Trois conférenciers d’honneur, Paul Christesen (Dartmouth College, États-Unis), Ludivine Bantigny (Université de Rouen, France) et Harald Fischer-Tiné (École polytechnique de Zurich) aborderont respectivement les sports pratiqués par les jeunes en Grèce Antique, les jeunesses sportives en Europe ainsi que l’adhésion des élites indiennes junior aux jeux introduits par les colons britanniques.

En plus des conférences, 70 présentations données par des intervenants issus de 21 pays décortiqueront d’autres aspects des relations entre jeunesse et sport. Un sujet par ailleurs encore peu abordé par l’histoire du sport et autres sciences sociales.

« La plupart des chercheurs se sont penchés sur le genre et la classe sociale en rapport avec l’activité physique, ou encore sur les liens de cette dernière avec la mobilisation militaire, mais en laissant de côté le critère de l’âge », déclare Patrick Clastres, professeur en histoire du sport à l’ISSUL et manager du congrès.

Dépoussiérer clubs et institutions sportives
L’un des enjeux de la rencontre consiste à trouver des solutions pour repenser les pratiques sportives depuis le point de vue des juniors. « Ce sont pourtant eux qui ont été les premiers leaders du domaine », souligne le professeur.

Le baron Pierre de Coubertin a créé le Comité international olympique (CIO) en 1894 à des fins de pacifisme international lorsqu’il était âgé de seulement 33 ans. « Un bon nombre de dirigeants de clubs sportifs étaient des trentenaires puis ils ont vieilli dans leur pratique », rapporte Patrick Clastres. Résultat, des institutions novatrices à la base sont devenues conservatrices. « Leurs leaders ne sont plus dans l’air du temps », estime l’historien.

Ainsi, se pose une question d’importance : comment attirer au cœur du spectacle sportif des jeunes qui ne regardent plus la télévision et par extension, les Jeux olympiques ? L’heure est au renouvellement, avec entre autres l’introduction du sport urbain parkour au sein de la Fédération internationale de gymnastique ou encore de futures compétitions de breakdance, validées par le CIO pour les Jeux de Paris en 2024.

Foro: ête fédérale de gymnastique, Lucerne (1928). © Collection Fédération Suisse de Gymnastique, Musée du sport suisse, Bâle
Organisé par: 
Institut des sciences du sport (ISSUL)

Lieu de l'événement

Université de Lausanne
Synathlon
1015
Lausanne

Contact

Informations supplémentaires sur l'événement

Coûts de participation

0.00 CHF
Gratuit (repas payants)

Inscription