L’étincelle, les flammes et le phare. Pour une méthode d’analyse historique du capitalisme suisse. Conceptualisation, internationalisation et représentation

L’histoire suisse contemporaine a besoin d’un renouvellement méthodologique. Après le tournant critique des années 1980 et 1990, lorsque les historiens helvétiques ont très tardivement abandonné les mythes sur la neutralité et la démocratie séculaire qui avaient dominé l’historiographie de l’après-guerre, les positions se sont sclérosées.

Les trois essais présentés ici par Christophe Farquet tentent d’indiquer quelques pistes pour rafraîchir l’approche historique. Le premier fait un pas vers les concepts de politologie pour interroger l’existence d’un impérialisme suisse à la Belle Epoque. Le second élargit le cadre d’analyse sur la grève générale de novembre 1918 en replaçant cet événement dans une perspective internationale. Le troisième prend en compte les représentations culturelles afin d’expliquer le consensus autour du secret bancaire dans la société suisse après la Seconde Guerre mondiale.

Pour télécharger l'article:
https://docs.wixstatic.com/ugd/e1c55f_b69ecde0ca5443cca775d6f09d60cb94.pdf